Lettre de rupture à Patrick Bruel

Lequel de nous Patrick? Puisqu‘il faut faire un choix, comme tu le chantais si bien, «c’est moi qui pars». Ce dernier single est une trahison de trop. La daube ultime.  Je ne vais pas t’apprendre à reconnaitre une lettre de rupture, Patrick. Mais c’est bien cela. Non Patrick arrête. Non Patrick ne pleure pas. Et…

«Camille redouble»: A voir pour les remords et les regrets

J’adore les films qui n’en ont pas l’air. Que j’ai aimé sans avoir de vrais arguments. Pas de scénario béton dans Camille redouble. Simplement une poésie douce et fantaisiste, à effet immédiat et sans prétention. Camille a 40 ans les cinq premières minutes du film. Comédienne en plein divorce tumultueux, elle enchaine les rôles peu…

Le jet-lag du lundi

Avec tous ces lundis, il fallait bien en choisir un pour vous expliquer ce concept. Une expression qui résume en deux mots, cet espèce de transit immobile du début de semaine. Ou pourquoi le lundi est si dur à supporter. Selon ton programme du week-end, le jet-lag est d’autant plus important. A te demander ce…

La cerise sur le gâteau

Ceci est un papier gentil. Un papier qui ne renâcle pas le neurone en ébullition. Ceci est un papier qui baisse les bras. Mais qui s’en satisfait. Il faut bien s’y résoudre: l’esprit de Noël m’a tourné autour pendant 25 ans, alors cette année il m’a bien eu. Et ma foi, s il ne me…

Binge Life

Je ne sais pas si c’est la meilleure option. Mais je sais que je ne l’ai pas choisi. L’accélérateur s’est enclenché tout seul. Les gens défilent par la fenêtre, et me renvoient comme des claques des gorgées d’émotions. A 300 km/h, on se laisse emporter. Le vent frais dévoile votre cou et vous pique les…

Avec un aigle sur le dos

Je me suis toujours refusée à écrire un papier sur lui. Parce que j’avais trop peur qu’il tombe dessus. Parce que je savais qu’il sonnerait comme un appel. Parce que j’aurais choisi mes mots. J’aurais voulu le flatter mais pas l’effrayer. Lui prouver mais pas le contraindre. Parce que mon texte aurait rimé comme un…

Les lumières de la ville

  Pour la première fois, les lumières de la ville se sont éteintes en plein midi. A l’heure où les estomacs de toutes les entreprises de France gargouillent au vent des selfs qui s’agitent, il y en a 1.000 qui se nouent doucement. Puis qui éclatent. Qui éclatent comme un vieil abcès qu’on a laissé…