Cadeaux de Noël sexistes : le carton rose de Corolle

Corolle, le célèbre fabricant de poupons, inaugure en beauté la déferlante des cadeaux de Noël ouvertement sexistes. J’ai parcouru avec délectation leur petit livret de publicité «Le grand Noël des poupées Corolle».

«Pour jouer à la maman avec mon petit poupon»

Le développement de nos enfants, Corolle y croit dur comme fer, et s’engage à y contribuer, c’est sûr. Pour cela, il mise sur l’imagination et l’imitation, notions essentielles pour le fabricant (pourquoi pas), mais les appliquent de manière plus que contestable. «A 18 mois, les petites filles développent leur imaginaire avec Calin». Non, n’attendons pas deux ans pour que leur petit cerveau (ne) s’émancipe (pas). Autant les attaquer au plus tôt.

Avec de belles histoires où elles peuvent «imiter (…) les soins qui les ont tant bercées, rassasiées, rassurées» aidées de «biberons, tétines, purées et pot». L’imagination d’une nounou donc. L’imitation (déjà elle-même contradictoire de l’imagination mais bon) de maman, qui nourrit, lave. Un peu plus loin, Corolle confirme. «Les petites filles peuvent imaginer des scénarios de jeu à l’infini avec ce grand poupon qu’elles vont adopter avec l’enthousiasme des jeunes mamans». Plus loin encore, «Lila Chérie (…) babille, pleure, tête, aucune petite maman n’y résistera».


Distiller des «petits garçons» histoire de…

A croire que Corolle flippe un peu quand même, le charmant rédacteur de ce petit livret a soigneusement glissé deuxou  trois termes comme «enfants» et «petits garçons» au milieu des dizaines de terminologies féminines. Bien entendu, les titres et images ne trompent pas. Pas UN SEUL garçon n’est en photo (mais une petite fille à chaque page) et on trouve des titres comme «Pour jouer à la maman avec mon poupon». Quasiment toutes les poupées sont des filles, «Valentine», «Les Chéries», «Ambre», «Les coquettes», «Camille». Notons que les deux poupées réservées aux petits gars sont des «doudous», et sont «peps».Une caractéristique énergique qui ne décrira jamais les poupées pour filles.


Créer des «fashionistas» de 5 ans

«Pour l’hiver « les coquettes » ont enfilé (…) de jolis manteaux très chics. Coquette Brune porte même une toque en fourrure». Friquées les poupées et pas très amies des animaux au passage. Chaque poupée voit sa tenue largement décrite à chaque page. Oui, être «coquette» c’est important, même quand on a moins de 8 ans. (Les poupons sont destinés à des enfants de quelques mois à 8 ans).

Nous apprenons donc par exemple qu’Ambre «parce que ce n’est pas un jour comme les autres, porte une adorable robe de laine grise sur un jupon en tulle rouge, une ceinture écossaise nouée à la taille, un boléro rouge, un bandeau sur sa chevelure parfaitement coiffée et des souliers vernis… Rien n’a été laissé au hasard pour qu’elle brille de mille feux sous le sapin». Le lampadaire, c’était toi, ma fille.

Avec «les chéries», le sous-titre annonce la couleur: «A la mode… pour Noël». Et là, c’est no limit dans la gloire de l’apparence. «Jamais à court d’idées lorsqu’il s’agit de s’habiller», ces «fashionistas (…) sont passionnées de mode et cela se voit».


Le champ lexical de l’apprentie cruche

Corolle a fait tout bien cotonné et sucré, comme il faut, pour une petite fille mignonne. Un vocabulaire de future patate quoi. En vrac, chez Corolle, les jouets pour petites filles sont «câlins», «à croquer», «adorables», «jolis», «pastels», «petits», «raffinés», «gracieux». De fameuses représentations à «imaginer». De quoi forger un bon petit caractère de pelle à tarte chez nos filles. Je passerais sur l’overdose vomitive de rose et de motifs cœurs.

A la page des «Coquettes», je lis: «Les adorables Coquettes vont de l’avant (Comment? Aurait-on utilisé un terme exprimant une action, de la détermination, de l’entrain, en parlant d’un jouet pour fille?) quand il s’agit de prendre place au pied du sapin (ah ben non, le poteau qui sourit avec sa toque en lapin mort, c’est toujours toi ma fille).

Publicités

2 réflexions sur “Cadeaux de Noël sexistes : le carton rose de Corolle

  1. Effrayant, affligeant … Camille a bientôt 13 mois et ne montre absolument aucun intérêt pour les poupées, sauf pour leur écrabouiller les yeux. Elle ne supporte pas les barrettes, déteste s’habiller. Non, jouer à la poupée et mettre des jupes n’est pas instinctif !

  2. Bonjour,
    Je viens de tomber sur votre article après avoir tapé « Corolle + sexiste » dans Google 🙂 Je suis allée sur le site Internet de Corolle, en quête d’accessoires pour la poupée de mon fils (il a deux ans et demi et aime jouer avec sa poupée, scandale !!) Eh bien, comme vous l’avez très justement remarqué, tout est rose, mais surtout, aucun des textes du site ne fait allusion aux garçons (ah, ils doivent forcément jouer avec leurs petites voitures). Alors si je vais au bout de ma logique, ça ne devrait pas me déranger d’acheter des jouets roses à mon fils, mais que les fabricants de jouets prennent pour acquis que poupées = filles, ça je trouve ça tout à fait scandaleux. Et rétrograde.
    Merci et bravo pour votre article !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s