Presse féminine: Mascara et peine de mort

Depuis quelques semaines, les boulettes pleuvent des magazines féminins comme les paquets de crayon khôl au coin des yeux vers 3h du matin. Les Elle, Biba, Marie-Claire, Cosmo and co font souffler depuis des lustres certes. Mais là, on frôle la nausée.

1 – Le Black Fashion Power d’Elle

Le 13 janvier, Elle, LE féminin du groupe Lagardère, inaugurait en beauté le festival de la honte avec son merveilleux article sur le mouvement stylistique désormais célèbre : «Black fashion power». Boomerang brutal en plein front, tout le web enchaine les uppercuts, avec un beau finish en triple boucle-piquet. Une tribune assassine dans le Monde : A quand une femme noire en couverture de Elle?  Et un superbe revers d’Acrimed : Le magazine Elle, ou comment changer les apparences pour que rien ne change.

Tant bien que mal, Elle se rattrape aux branches (bat des pieds dans l’eau glacée c’est déjà ça) : Suppression de l’article (inévitable) +organisation de débats en open-bar avec Sonia Rolland (signataire de la tribune du Monde)  + avec le collectif anti-negrophobie + avec les membres de site AfroSomething. Bien tenté.

2 – La peine de mort de Marie-Claire

Pas de sujet tabou chez Marie-Claire. Quand Marine Le Pen ravive (encore) le débat sur la peine de mort, le féminin saisit la balle gros calibre au bond et propose un débat à ses internautes : Faut-il rétablir la peine de mort? Rue 89 (sous un tollé généralisé) n’a pas manqué de signaler le débat «beurk» transformé rapido en article «platounet». Le community management a ses limites que Marie-Claire ignore, visiblement.

Réaction du site web? Un article non moins bancal qui précise «l’engagement contre la peine de mort, en France et ailleurs, combat que le magazine Marie Claire a porté pendant de longues années et porte encore.» Est-ce son rôle pour autant de «s’engager» contre la peine de mort? Pour la contradiction éditoriale, bonus track de boulette.

3 – La politique serpillère du Journal des Femmes

Dernier en date, le Journal des Femmes joue lui des coudes pour avoir son pesant de clics dans le flot de papier sur la présidentielle. Il nous gratifie ainsi d’une enquête forte intéressante de Mediaprism sur le «capital confiance et sympathie de nos présidentiables». Et pour savoir qui est le plus fun, quoi de mieux que de demander à ses lectrices de désigner (avec «la question qui fait jaser») quel candidat serait le mieux placé pour vous aider (vous femmes) dans les tâches ménagères.  Réponse : Eva Joly. Vous vous en fichez? Moi aussi.

Le complexe du féminisme

Point commun de ces 3 anecdotes malheureuses : la tentative de faire de l’intellectuel.
Sur France Info, Vincent Soulier, auteur de «Presse féminine, la puissance frivole», expliquait le dualisme (schizophrénique) qu’essaient d’entretenir les magazines féminins. Entre cosmétique et féminisme. Entre le it-mascara et l’excision des petites somaliennes.

«Historiquement, la presse féminine fut une presse féministe, elle a accompagné des combats. C’est moins le cas aujourd’hui : elle est moins un phare qu’un miroir de la société», explique Vincent soulier.

La presse féminine nous ferait-elle un petit complexe historique? Si bien qu’elle tente de compenser son manque d’utilité sociale en abordant des sujets «intéressants», permettant de se dédouaner si besoin : «Non, regardez, il y a aussi des articles de fonds sur la peine de mort!». Et voilà comment on récupère des écueils sexistes et des boulettes qui filent le frisson.

Alors sans avoir de réponse, je me pose la question: Si on n’est pas capable de jouxter vrai sujet et maquillage, pourquoi le faire? Les féminins ne devraient-ils pas se contenter de faire ou du futile ou du plus profond, plutôt que de maladroitement de mixer les 2?

Publicités

2 réflexions sur “Presse féminine: Mascara et peine de mort

  1. j’adore ton article ,
    j’ai abandonné depuis longtemps la presse féminine, je me suis réfugiée chez « science et vie « , et  » ciel et espace »
    au moins je ne suis pas déçue ;
    car les magazines féminins n’ont plus d’âme, ils ne sont que la vitrine de marques , et chaque mois ils pourraient ressortir le numéro de l’année précédente ;
    aucune originalité, aucun intérêt ;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s