Une niche à gâtés ou un Daïquiri fraise

Toi lecteur égaré, si tu te demandes encore pourquoi tu devrais poser tes jolies petites fesses sur un canap’ pour regarder des mecs se passer une balle pas très ronde pendant la Coupe du Monde de rugby, écoute-moi bien :

Je t’entends déjà pester lecteur : « Ouai moi je suis plus foot ». Bon épineuse question, en tant que Marseillaise. Le foot je ne l’aime pas, je le porte en chevalière. Comme un pote un peu trop lourd mais qu’on rappelle quand même chaque vendredi.

Mais collègue footeux, dis-toi que pour une fois, tu pourras te mettre à la place de la spectatrice bouche ouverte qui s’est trainée sur le vieux port avec son gloss et son coca-light : « Benoit(euh), pourrrrrquoi ils se mettent(euh) tous en ligne(euh) les mains sur les couilles(euh) là hein(g) ? »

Et chercher du regard TON pote fan de rugby (un peu grassouillet ou barraqué tu hésites encore), puis renoncer dans un « Ouai elle était faute bien sûr… » complètement perdu.

Toi lectrice, je sais qu’il sera beaucoup plus simple de te convaincre. Mais je vais te refaire quand même la petite histoire : Dieu, au 25e jour (Oui Dieu n’est pas fonctionnaire dans mon monde idéal), – après avoir créé les lisseurs à cheveux, les livreurs de sushis et Google traductions – complètement jaloux de ses cousins par alliance grecs, se posa 3 minutes sur un coin de sa croix avec une clope et dit à sa meuf : « Marie, si tu n’enlèves pas ton poster de ce fils de p… d’Apollon des toilettes, je me casse ». La Marie se sentit bien conne sur le moment. Mais ayant écouté tous les albums de Kenzah Farah, elle réagit en féministe et ne céda pas au chantage. C’est alors que Dieu vit la lumière. Et choisit d’envoyer ses cousins maudits de dieux grecs sur Terre, là où Marie ne pourrait plus les voir. Comme il était un peu pressé par la situation (et qu’il trouvait quand même Marie super bonne), il les jeta un peu au hasard, disséminés entre le sud-ouest de la France, la nouvelle-Zélande, l’Angleterre et l’Irlande. Et nous femmes, pouvons désormais baver impunément une fois tous les 4 ans devant les rugbymans.

Lectrice, on est pas là pour se mentir toi et moi, des mecs taillés comme des niches à gâtés qui se bouffent les oreilles, ça te titille un peu les hormones, non ?

Enfin, lecteur et lectrice, si malgré tout vous n’êtes pas convaincus, vous pouvez toujours vous rassurer. Lecteur, si TON pote fan de rugby se paye ta tête et te traite de lopette au bar du coin quand tu plisses les yeux devant une mêlée, tu pourras toujours payer un cocktail sans alcool à Lectrice. Et faire quand même un peu ton BG. Lectrice, si, encouragée par mon histoire, tu atterris au pub du coin avec tes copines à talons, tu seras sans doute éberluée par le contraste physique entre rugbymens et fans de rugby. Et comme la carrure sans les pecs, sans la boue et avec les rots, c’est un peu moins sexe, tu seras pas contre un petit « Daïquiri fraise » ?

Publicités

Une réflexion sur “Une niche à gâtés ou un Daïquiri fraise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s