Comment faire bon usage du sweat de ton Ex ?

Option 1 : Le glou-glou testeur

Tu viens de t’acheter une nouvelle machine à laver ? Pensive devant l’engin, tu te demandes à quoi peuvent bien servir ces 2 boutons-là sur lesquels est écrit lavage à 60°C et surtout, surtout, un autre qui propose d’essorer ses pauvres et innocentes jupes soldées à 1.000 tours minutes…

Curieuse mais pas inconsciente, tu ne t’aventures pas à tester la manip avec ton tee-shirt de body attack (puis en 32 ce serait carrément du suicide pour ton potentiel séduction). Fâcheux, tes torchons rayés Ikea sont bien trop mimi… C’est là que tu aperçois le vieux sweat noir de ton Ex. Oui oui, celui qu’il t’avait prêté un matin de mièvrerie (qui rime avec lendemain de beuverie), quand la veille, ton trench préféré a bizarrement disparu des fauteuils du Tralala Lounge !

Tu envisages donc le sweat… (Tu ne penses même pas à le renifler compulsivement d’ailleurs..) et tu enfournes la bête.

Constat n°1 : le sweat noir est une espèce qui nage nettement moins bien que l’Ex David Hasseloff.

Constat n°2 : ben c’est con t’as pas de bouée sous la main.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

——————————————

Au vu de la réussite de ton option 1, tu réalises le potentiel de recyclage de ton Ex (euh… Du sweat de ton Ex), et tu commences à réfléchir à la deuxième résurrection de la victime.

Très vite, c’est encore une solution ménagère qui se dessine. Ben oui, mais il n’y a pas de sot métier c’est lui-même qui le disait ! (Lui le sweat ? Non l’Ex!)

——————————————-

Option 2 : Le flic-flac sur la vitre

Il faut bien l’avouer, comme toute jeune parisienne dynamique qui se respecte, tu n’as pas une minute à toi. Alors autant dire que nettoyer ta belle et grande baie vitrée est sûrement en 372e position de ta To Do list, entre « faire faire un bilan de santé à mon poisson rouge » (quand j’en aurais un) et « penser à réserver mon billet de train de Noël en octobre plutôt que la veille ». Mais pendant ce temps, tes vitres attendent, et ton champ de vision est clairement réduit. Allez, plus d’excuses, car maintenant tu as l’outil qu’il te manquait, tu as ton sweat.

Heureusement son rétrécissement brutal n’a rien enlevé à sa douceur. Les vitres apprécieront.

Sauf que même en 12 ans, le sweat ne colle pas encore tout à fait à ce qu’on attend d’un bon essuie-vitre. Pas du tout carré, et puis y’a pleins de trucs qui dépassent. Capuche et poche se révèlent dans cette situation absolument superflues. «Désolé, il n’y a vraiment plus rien à faire , c’est déjà trop tard ». Le ciseau – à peine hésitant – tranche déjà franchement dans le coton noir.

Constat n°1 : côté pile c’est un bonheur de femme au foyer, côté face, échec total, il rape fébrilement contre la surface et sème des poils disgracieux qui gâchent ton plaisir (attend… L’ex ?)

Constat n°2 : Vu la perfidie du tissu, au pire, t’en feras un chiffon à cirage de pompes…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s